L’exercice physique régulier permet de limiter les conséquences négatives induites par l’obésité. Mais que dire d’une approche basée sur l’exercice et l’alimentation ? Et quels exercices ? Endurance continue, fractionné, renforcement ? Et quelle alimentation ? Equilibrée ou pourquoi pas chargée en graisses !

Des chercheurs chinois de l’université d’Hubei ont testé sur des rongeurs les effets de différents régimes « nutrition – exercices » basés sur un large pourcentage de graisses concernant l’aspect nutritionnel et différentes formes d’exercices menées durant 10 semaines.

Résultats

Comparativement au couple « régime alimentaire et sédentarité », tous les « couples » basés sur l’exercice ont permis d’améliorer les indices métaboliques comme l’adiposité, les triglycérides, le taux de glucose ou la sensibilité à l’insuline tout en réduisant le poids des rongeurs. Ce résultat constitue une nouvelle preuve des bienfaits de l’exercice quant il s’agit de retrouver un fonctionnement harmonieux du corps. Mais selon les chercheurs chinois, seul le protocole « graisses + fractionné » prévient pleinement l’obésité et ses pathologies associées.

Manger gras et courir vite: la nouvelle recette miracle ?

Référence: Effect of different exercise protocols on metabolic profiles and fatty acid metabolism in skeletal muscle in high-fat diet-fed rats. Shen Y, Xu X, Yue K, Xu G. Obesity. 2015. doi: 10.1002/oby.21056.

Source: Volodalen